« LAGRIME E SOSPIRI »

La virtuosité au féminin chez Stradella & Vivaldi

CHANTAL SANTON JEFFERY soprano

GALILEI CONSORT

BENJAMIN CHÉNIER violon & direction

La vie de Stradella est un véritable mythe qui inspira plusieurs romans et opéras. Stradella l’aventureux, le rebelle, l’intriguant, et surtout Stradella le Don Juan, dont l’existence mouvementée et désordonnée, tragiquement interrompue (il fut assassiné à Gêne sur ordre d’un amant jaloux), ne fut jamais un frein à une carrière musicale florissante. Compositeur extrêmement influent à son époque, néanmoins éclipsé au siècle suivant par Corelli ou Vivaldi, il laisse une œuvre abondante et largement encore inconnue du grand public.

Il est aisé d’imaginer que la trépidante vie amoureuse de Stradella a  inspiré ces fascinantes figures de femmes qui abondent dans son œuvre, figures aux antipodes des clichés, fortes et intenses, parfois dérangeantes, faites de mille émotions contrastées, portées par un art du récitatif remarquable, véritable théâtre de mots qui offre à l’interprète un champ expressif infini ; enfin, magnifiées par une écriture vocale techniquement redoutable, aussi exubérante et virtuose qu’elle peut être parfois sobre et éthérée. La mise en regard avec celle, plus tardive mais non moins exigeante, d’Antonio Vivaldi est éminemment éloquente : une génération avant le « Prete Rosso », qui compose à l’âge d’or des prime donne et des castrats, âge où la prouesse vocale est devenue reine, Stradella impose une virtuosité théâtrale et haletante, unique dans le monde musical de son temps.

CD paru chez Alpha/Outhere

A-2031918-1418995532-1990.jpeg.jpg
14S033-2172_edited.jpg